Le Pont

Partie I : Le plan qui a failli

Anecdote historique – introduction 

Le pont de 1940 dans l’État de Washington, nommé ¨the Tacoma Narrows Bridge¨ était un pont suspendu et semblerait-il, était reconnu pour son oscillation incroyable selon les travailleurs lors de sa construction. D’ailleurs le pont n’a servi que pendant quatre mois, avant de se mettre à ballotter vivement lors de vents intenses, et de s’écrouler sous les yeux de plusieurs devenus craintifs et horrifiés; mais heureusement, aucune fatalité selon les dires du temps, à l’exception d’un chien.*

Ce pont était le 3e pont suspendu étant des plus longs construits aux États-Unis à l’époque. Son ingénierie qui évidemment a failli, a été le focus pour l’amélioration de design de ponts suspendus à travers le monde suite à cette catastrophe. Et, avec succès, maintenant des centaines de ponts ont été érigés et ont fait marque de stabilité et d’endurance depuis des décennies.

*Lien pour info sur le Pont Narrows Bridge : cliquer ici pour une nouvelle fenêtre

*Lien pour la vidéo de l’écroulement en 1940 : cliquer ici pour une nouvelle fenêtre

Analogie

Comme ce pont, nous vivons aussi plusieurs circonstances inconnues, des principes et des façons de faire en ce monde de pandémie, comme on n’a jamais connu auparavant et qui créent plusieurs niveaux d’insatisfaction, de craintes, de gens malades, de pertes d’emploi et de libertés, et j’en passe. Les cœurs et les vies sont semblables au pont qui oscille, sans connaitre ce qui se passera dans les prochains jours, dans la prochaine année…. Et quoi d’autre pourrait s’écrouler ou simplement causer des changements drastiques non désirables ?

Le plan pour le Pont Narrows Bridge a failli et les ingénieurs ont dû faire retour à la case départ pour sa conception. Le pont était essentiel et le prochain plan devait se concrétiser avec succès cette fois-ci, là où ce nouveau pont conviendrait à subvenir aux besoins des gens avec sécurité maximale. L’objectif était clair, ne pas devenir une deuxième catastrophe causant la possibilité de perte de vies humaines, mais également éviter un fiasco financier de l’État ainsi que subir une deuxième humiliation déplaisante.

On veut un plan pour nos vies, un qui soit stable et qui ne chambranle pas à tout moment et qui ne s’écroule pas, vrai? Mais regardez le prérequis pour ce retour au tableau de la part des ingénieurs, ce qui devait prendre place afin d’obtenir le plan parfait : il devait y avoir un but, un objectif clair et précis, une raison fondamentale pour sa construction. La nouvelle construction devait soutenir l’objectif et le rendre viable.

Donc établir un objectif personnel avec propos, avec raison d’être, qui apportera un avenir de stabilité, de paix et d’espoir, pour un individu quelconque, comme vous et moi, à quoi ça ressemblera-t-il? Avec un monde de chaos comme dans lequel on vit, il est difficile de prévoir quoi que ce soit et encore moins, de voir un futur prometteur!

L’introduction ci-haut, sera suivit de deux autres parties, définies comme ceci :

PARITE II : Établir l’OBJECTIF personnel, clair et précis, véritable et inébranlable (prévue pour le 1er avril, 2021)

PARTIE III : Élaboration d’un PLAN qui justifie et soutient l’objectif visé, avec étapes concrètes qui certifieront son résultat : un vrai sens à la vie (prévue pour le 1er mai, 2021)

Conclusion aujourd’hui 

Si on regarde la raison d’être d’un pont, celui-ci offre de faire la traversée entre point A et point B, et vice-versa, de manière à faciliter le transport et les mouvements entre deux régions distinctes, qui s’est valu nécessaire à un moment donné. En parallèle, notre objectif est de se rendre d’un point à l’autre, d’une certaine condition à une autre, toujours avec l’idée que ce serait une amélioration, vrai?

Je vous encourage à regarder ce pont avec la vision d’une vie éternelle de l’autre côté, soi-disant le long-terme pour votre vie, car, même si vous l’ignorez, ou considérez d’en faire l’objet remis à plus tard, il est indéniable que tôt ou tard, vous et moi se retrouverons six pieds sous terre. Pourquoi ne pas avoir ce plan et être prêts? Rien à perdre comme disait mon papa, il y a jadis plusieurs décennies, alors que j’étais encore enfant.

Méditez sur ceci afin de préparer un objectif qui sera en accord avec ce que l’éternité propose :  l’état éternel de nos âmes avec un Dieu Créateur qui nous aime! Il est impossible d’évaluer le prix de ce plan, accessible à tous, et qui peut faire toute la différence dans l’approche et la raison de nos vies! J’en suis l’exemple!

A la prochaine!

Dieu est mon rocher, où je trouve un abri, Mon bouclier et la force qui me sauve, Ma haute retraite et mon refuge. O mon Sauveur! tu me garantis de la violence. (II Samuel 22 : 3)

La Dame de l’Épicerie

Petite anecdote

J’étais à l’épicerie un bon matin et j’ai entendu un de ces bruit – un fracas épouvantable, comme si une étagère complète s’était écrasée contre le sol.

Puisque la curiosité m’emportait, je me suis dirigée vers le son de la détonation, et aperçu des gens qui murmuraient, et constataient les dégâts au bout de l’allée. Je me suis approché du fracas et là ce trouvait une vieille dame, agenouillée par terre, excessivement embarrassée par la mésaventure, où elle avait semblerait-il accroché les tablettes avec son panier.

Elle tentait désespéramment de ramasser les dégâts alors que les gens autour d’elle l’observaient. Ma réaction fut instantanée alors que je sympathisais avec elle et je me suis penchée près d’elle. Je lui ai dit de ne pas s’inquiéter et lui prêtait main à ramasser les éclats de verre.

Quelques secondes plus tard, le gérant d’épicerie arrivait promptement à nos côtés et se penchant lui aussi avec nous, il dit : « Pas de problème, nous amasserons et nettoierons le dégât. »  La dame lui dit : « Mais monsieur, je dois payer pour tout cela. »

Lui offrant un coup de main pour se relever, il la rassurait en disant : « Non ma chère dame, nous avons de l’assurance pour ce type d’accident, vous n’avez pas à défrayer quoi que ce soit ! »

Réflexion et Analogie

Si vous avez lu ce texte jusqu’ici, j’aimerais que vous vous arrêté deux petites minutes. Fermez vos yeux et imaginez que là où vous vous trouvé, quel que soit le fracas dans votre vie, quel que soit le dommage créé par vos actions ou autres embarras et difficultés que vous traversé, il y a un Dieu, un Bienfaiteur qui se penche sur vous et exclame les mêmes paroles : « Il y a l’assurance pour ça ! »

Tous les fragments de votre cœur et de votre vie brisée, en incluant tous les coups éprouvés et endurés au fil des années, cet amas de décombres est couvert par une assurance venant de Dieu lui-même. Voyez-vous, Il paie la facture pour toutes les fautes, les folies et j’en passe, afin de guérir tous les maux. C’est par son sang versé à la croix, que la facture s’est payée, en un seul paiement ! Il veut nous relever et nous remettre sur nos pieds, ramasser les dégâts et tous les éclats de verres. Il est le guérisseur et veut prendre soin de nous ! De plus, aucun besoin de payer une prime, comme par exemple se sentir redevable et vouloir donner de soi-même pour en payer le prix, par charité ou autre, afin de recevoir absolution. Aucunement nécessaire.


Cette assurance se nomme la GRÂCE!

La vie et les assurances en ce monde présent 


Lorsque nous obtenons une police d’assurance, c’est qu’il y a anticipation qu’un jour on devra être indemnisé dans le cas d’une catastrophe ou incident quelconque ; exemples : assurance-vie, assurance-habitation, assurance-automobile, assurance-maladie, etc.

Dans certains cas, ces primes sont dispendieuses, et on devient esclave de ces protections de toutes sortes, où l’on désire certainement en tirer sa part lorsque le besoin se présente, sinon à quoi sert les assurances, vrai ? Mais il y a toujours un coût associé à ces assurances dans notre vie….

L’assurance que Dieu propose et offre, Sa grâce, est gratuite, sans primes. Car la prime ultime a été payée, par le don de la vie de son fils unique, Jésus-Christ. Non seulement a-t-il payé ce sacrifice expiatoire, mais sa résurrection assure la vie éternelle. Aucune prime payable envers peu importe la compagnie d’assurance que ce soit, saura rendre une vie après la mort. Cela n’existe tout simplement pas !

C’est pourquoi qu’il est d’importance capitale d’accepter une telle assurance pendant qu’il en est temps, pendant que nous sommes en vie sur cette terre. Avant que la fin arrive, on se doit de communiquer avec Dieu et accepter l’offre, c’est tout, aucune signature. La prime est payée et la vie éternelle est garantie ! C’est un gage d’amour entre le Créateur et l’être humain. La seule preuve qui garanti ce gage est le don de son Fils, l’être parfait qui mort pour les imparfaits, et ressuscité le 3e jour. Il est vivant !

Wow, le cadeau de grâce, un cadeau unique, supérieure, divin, incomparable et qui se perpétue, sans fin—- qui ne voudrait pas prendre l’offre ?

Est-ce que vous criez AMEN avec moi ? !!!!

Encouragement 

Nous pouvons être encouragés ! Qui que ce soit, homme ou femme, lorsque le panier d’épicerie frappe et vient renverser la vie et qu’il y a des pots cassés à ramasser, on peut crier vers le ciel pour de l’aide ! De faire un nouveau départ avec affranchissement assuré pour tous nos fautes, passées, présentes et futures, est possible avec Dieu lui-même car Il donne l’assurance que rien ne peut nous séparer de son amour …… oui, cela fait toute la différence !

Lisez et soyez assurés !

Romains 8 :38-39 

« Car j’ai l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus Christ notre Seigneur. »

Note personnelle : Ce texte ci-haut demeure le texte de la Bible le plus significatif pour moi ; il est une révélation de Sa divine promesse, une vérité absolue, à laquelle je peux me fier, et devient scellée dans mon cœur, à tout jamais, peu importe les circonstances autour de moi, peu importe mon état d’infaillibilité.

Le Cadeau de Noël

Lorsque vient le temps des fêtes, il y a des années où l’on se sent indifférents : on perd peut-être le goût de fêter, quelque chose est arrivé, il y a peut-être un manque d’argent pour les cadeaux, une tragédie qui vient de frapper la famille, ou encore on ne voit tout simplement pas pourquoi on devrait fêter. Que dire des temps présents où la pandémie actuelle vient tout défaire les projets, les sorties et les rencontres familiales. Dans certains cas on semble avoir perdu la raison, le sens réel de la vie, allant jusqu’à avoir hâte que ce soit fini; le désir de s’évader peut devenir le seul intérêt appréciable.

Peut-être qu’il y a ce manque de vouloir donner à l’intérieur de soi, parce qu’il n’y a plus rien à donner, tout a été donné, ou personne à qui donner; c’est un vide qui hante et qui semble inexplicable.

Qu’est-ce que Noël vraiment ? Pourquoi cette fête en toute réalité ? Une tradition d’il y a deux mille ans, mais dont son vrai sens est oublié et remplacé par celui que l’être humain s’est fabriqué : la famille, les cadeaux, les festivités commerciales, les décorations, et j’en passe. Au fond, le besoin ultime de tout cœur humain est le désir d’être aimé, c’est une question de sentiment profond difficile même à comprendre et à concevoir.

Mais reculons un peu : n’y avait-il pas un décès, un creux, un besoin et un vide incroyable à combler dans l’humanité? N’y avait-il pas un amour, un geste prodigieux du don de soi, qui s’est manifesté comme une intervention sans mesure, à l’infini, éternel et inchangeable?  Le don d’un fils unique?

Voilà Noël, où Dieu venant sur terre en forme d’un bébé, un être humain, dans la personne de Jésus-Christ, nommé le Sauveur du monde est intervenu. Ce que les gens souvent appelle le ¨petit Jésus¨ dans la crèche, et le loue sous l’arbre de Noël, ou à l’Église au Minuit Chrétien. Comment cela est-ce devenu un ¨temps des fêtes¨ 2,000 ans plus tard? On connait l’histoire, on peut même la raconter en détails, mais quel est son vrai sens, pourquoi se rappeler de la naissance divine de Jésus?

Dieu dans sa toute puissance et sa miséricorde, voyait la déchéance dans le monde, une séparation entre Lui et sa création, un manque d’amour et un besoin immense pour une réconciliation. Il a accompli pour nous ce qui était impossible de faire pour nous même : le don de son fils Jésus, devenu le sacrifice expiatoire pour nos fautes, une fois pour toutes!

Jésus a demeuré parmi les hommes et subissait les mêmes types de problèmes et difficultés que nous avons. Il n’y a pas un seul problème que vous possédez, ou un seul trouble que je connais moi-même, lequel Jésus n’a pas lui-même subi ou connu, lequel il ne comprend pas, suite à sa propre expérience personnelle. Il a vécu cette vie terrestre en comblant des besoins pour êtres humains, tous les jours sa vie. Il en est mort, crucifié sur une croix afin de satisfaire le besoin ultime que nous éprouvons tous, une rédemption pour nos fautes. Il en a payé le prix, et après sa résurrection, la porte de la vie éternelle s’est ouverte! Jésus est vivant, à l’instant même où vous lisez ceci, Il était et Il est toujours le vrai cadeau d’amour, et peut vivre dans nos cœurs!

Donc voilà le cadeau de Noël : pour vous et pour moi! La raison de fêter non seulement en cette fête qu’est sa naissance, mais en tout temps pour le cadeau qui se perpétue jusqu’à notre propre mort et résurrection à venir, selon Sa divine promesse pour ceux et celles qui croient en lui!

Lisez et méditer sur ce verset, et nourrissez-vous de Sa promesse ultime, l’excellence du seul cadeau qui compte vraiment et qui institue la fête de Noël. C’est le verset d’amour qui a tout changé pour moi, alors que je n’avais que 10 ans!

Évangile de Jean 3 :16

Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son fils unique, afin que quiconque (ce quiconque est vous et moi) croit en lui, ne périsse point mais qu’il ait la vie éternelle.